Réservée aux groupes scolaires
Réservation obligatoire via Camille Roy-Houde : adjointeartistique@cdspectacles.com
Avec atelier de médiation culturelle

 

«Les trois petits vieux qui ne voulaient pas mourir» dresse le spectre de ces interrogations avec fraîcheur et malice sans s’entourer de prudences ou d’hypocrites distances.

Si ce spectacle familial, à destination des 7 à 77 ans offre un portrait radical de la vieillesse, il aborde la mort de front, sans oublier d’évoquer au passage ce qui en forme l’essence même, à savoir la vie, le chagrin et aussi l’amour. C’est une célébration de la vie, une ode à la beauté et à l’amitié.

Il faut parler de la mort, en rire, bien sûr en pleurer, mais avec franchise, tendresse et dignité.

Chacun de nous aborde l’idée de la mort selon son vécu, ses croyances et sa culture. Mais bien qu’elle soit ordinaire, la mort fascine toujours. Et elle intrigue les enfants, comme la sexualité et la procréation.

 

On en entend parler par les autres, dans les histoires, on la voit dans les jeux vidéo ou à la télé quand on parle du sujet très médiatisé de l’aide médicale à mourir. On pense à tort que le deuil est une expérience trop bouleversante pour un enfant. Pourtant l’enfant expérimente le deuil dès son plus jeune âge : un déménagement, un ami qui change d’école, la perte d’un animal, le bris d’un objet qu’on aimait…

L’enfant a la capacité de survivre bien des choses, à condition qu’on lui dise la vérité avec des mots qu’il peut comprendre tout en lui permettant de poser des questions et d’exprimer ses sentiments. Nous sommes responsables de sa faculté à comprendre et à réfléchir et il est important de lui offrir des outils de compréhension pour devenir plus fort, de l’aider à trouver ses propres réponses.

Le théâtre ne donne pas de réponse, il ouvre des portes, il suggère, il fait questionner, et l’enfant est le public le plus disponible à cela.

Partager